Article 22 Les fondements de la pensée PNL. 3

Un présupposé c’est comme une espère de croyance à laquelle on ne croit pas  encore tout à fait …mais qu’on est près à tester et pour laquelle on laisse toutes les options ouvertes …on veut voir ! Pour vous permettre de réfléchir au premier présupposé : voyons les images qui suivent … Ainsi voilà le monde comme se le représentent les  Européens les Américains Les Asiatiques Et il est vrai de constater que lorsqu’on nous présente un planisphère américain ou asiatique nous pensons qu’il s’agit d’une autre planète .

1° Tout le monde est d’accord pour dire que notre perception du monde est subjective .

Dès la petite enfance , chacun construit sa carte du monde au jour le jour. Qui dit carte du monde , dit représentation du monde.Ce que nous  enregistrons dans notre cerveau  n’est  que la représentation de la réalité… Heureusement d’ailleurs… Sans quoi, au lieu d’avoir une image de notre maison dans la tête, nous aurions la maison tout entière…Donc ça veut dire qu’il existe autant de représentations de cette réalité qu’il existe d’êtres humains. Les inventeurs de la PNL ont eu l’idée d’appeler « notre vision subjective : « notre carte du monde ».  Et cela simplifie fortement la communication entre les gens, puisqu’alors on commence à accepter que les autres pensent différemment de nous …par contre accepter que nous ne détenions pas la vérité …ça c’est pas gagné !Car chacun de nous n’entend que ce qu’il veut entendre, ne voit que ce qu’il veut voir, ne ressent que ce qu’il veut ressentir ! Car chacun de nous a des hypothèses, solides, voire des certitudes sur la vie, les gens , les choses…et parfois même avant de les avoir abordés. Ces anticipations constituent des miroirs déformants que nous prenons pour des vérités. Une autre preuve de notre subjectivité : quand nous sommes  préoccupés par quelque chose, ce quelque chose prend toute la place dans mon mental au détriment de tout le restant… Exemple : si je suis préoccupé par l’achat d’une voiture les seules choses que je vais voir en me promenant sont les voitures,   les seules  choses que j’entendrai sont les crissements de pneus et les reprises de moteur. Autre exemple : quand une femme attend un bébé, elle voit des femmes enceintes à chaque coin de rue… Et elle aurait tendance à dire : « mais toutes les femmes se sont données le mot pour être enceintes en même temps ». Cela revient à dire que nous exportons nos pensées et nos croyances…bref que nous avons une fâcheuse tendance à exporter notre Carte du Monde . Exemple : les récits de témoins qui se contredisent …il y a autant de manières de relater un accident de la route qu’il y a de gens qui en parlent. En conclusion : si nous n’avons dans la tête que la représentation des choses …ça veut dire que ce qu’il y a dans notre tête n’a rien à voir avec la réalité. Et cependant : « que de sang versé parce que certains ont pris leur représentation du monde pour la réalité ».

2° Non seulement notre perception est subjective, mais nous y associons les Etats Internes du moment.

Certaines personnes dont je fais partie font un blocage immédiat à la vue de certaines images …telle qu’une formule algèbrique …En face de cette vision, mon écran intérieur devient tout noir et je perds toutes mes facultés de raisonnement . Alors qu’en face de la 2ème image ce mal-être ne se produit pas . Suite à un trauma émotionnel au cours de math… j’ai du   probablement installer une croyance du style :  « je ne suis pas capable » …et cela : associé à de la peur …ce qui a construit une des bases de ma carte du monde .Et chaque fois qu’une image semblable m’arrive : la peur me terrasse  et me fige sur place…et je rentre dans une incapacité totale !

3° c’est ce ressenti là   « peur – colère ou tristesse »   lié à un trauma

qui est à l’origine de nos comportements  parce que c’est lui qui  donne un sens à l’expérience.Lorsque nous vivons une expérience à laquelle nous ne donnons pas de sens : nous ne retenons pas cette expérience , elle n’est pas stockée en mémoire . En conclusion, Quand on a la connaissance de cet outil :  « la carte du monde »même si nos préoccupations sont différentes de celles des autres…même si notre culture est moins /plus étendue que celle de l’autre..même si notre avis est divergent…Cela va nous permettre d’entrer en communication avec l’autre…d’entendre ce qu’il dit…sans nous comparer à lui… Mais en profitant pleinement de la différence, partager l’information et s’enrichir mutuellement.   Petite mise en place : regardez autour de vous , focalisez votre pensée sur quelqu’un qui manifeste un comportement qui vous dérange. Gardez cette vision dans la tête et écoutez le texte qui suit/ – chacun vit dans son propre modèle du monde qui est unique et dans lequel il a raison. – Il n’y a que cette personne qui sait ce qui est bon pour elle. – tout comme il n’y a que moi qui sais ce qui est bon pour moi. – Les gens font toujours le meilleur choix disponible pour eux. – tout comportement a  toujours une intention positive pour la personne. – Si je fais une distinction radicale entre l’identité de la personne et son comportement , alors je maintiens une évaluation positive de cette personne. – Qu’est-ce que cette personne peut m’apprendre en  manifestant ce comportement-là….Quelle est l’ouverture que cela pourrait apporter à ma Carte : si j’acceptais   la différence comme un enrichissement… et non comme une comparaison. Ouvrez les yeux et voyez ce qui a changé dans la perception que vous avez maintenant du personnage.

Visiteurs

103872

Total pour PNL : 162

Total pour PSY : 98

Contact

Captcha

Faire un don
Ce site est gratuit.
Afin de pouvoir continuer à le faire évoluer et afin qu'il reste gratuit, je fais appel à votre générosité. Si vous voulez m'aider, faites un don ici. Faire un don