Pourquoi on devient psy 37 – Mon premier contact avec la PNL. 0

La vie évolue et le développement personnel prend de plus en plus de place dans l’inconscient collectif. De nouvelles méthodes font leur apparition. On entre dans une ère plus pragmatique , moins onirique. On veut des résultats, c’est l’époque qui veut cela.

J’avais déjà abordé l’analyse transactionnelle quand elle a fait fureur à la fin des années septante , cela m’avait permis de comprendre les mécanismes des transactions dans la communication, c’est-à-dire l’utilisation inconsciente des différents états du moi …c’était pas mal. Mais comprendre ne suffit pas…après il faut appliquer…et appliquer de manière spontanée, c’est paradoxal…on ne peut pas être spontané et penser à ce qu’on va dire !

Je suis aussi allée toucher du bout des doigts la relaxation , le yoga, mais tout cela était trop long et lent pour moi…je n’avais pas les réponses à mon questionnement.

Puis comme je l’ai mentionné dans mon article de présentation sur la PNL…c’est ma fille aînée qui m’a convaincu de faire cette formation . Elle-même en était toute transformée et c’est la curiosité vis-à-vis de son formateur qui m’a poussé à m’inscrire…Qui est ce mec qui a réussi là où moi j’ai échoué ! Il a fait d’elle une jeune femme épanouie, ce que je n’étais pas parvenue à lui apporter.

Mais cela m’a pris 2 ans de réflexion…j’avais mis 50 ans à me construire une armure et il n’était pas question que je m’approche du feu qui allait faire péter toutes mes soudures. Quand le vers est dans la pomme, il vous dévore de l’intérieur , vous n’avez plus l’esprit tranquille , il devient impossible de se dire «  je ne savais pas ! »

Le premier rendez-vous de formation à lieu à Bruxelles dans un cadre anonyme dédié à ce genre d’activités. Je ne sais pas qui sera là… Combien seront là…L’inconnu dans toute sa complexité…alors j’astique mon armure , je la fais briller, je la rends lumineuse , agréable à regarder et résolument ouverte aux autres !

Boubou et moi entrons dans les lieux , une dizaine de personnes sont déjà présentes , mais rapidement les yeux se détournent de mon armure trop encaustiquée …je me sens subitement seule, abandonnée…mes mécanismes de séduction m’abandonnent lâchement…je me choisis une place , je m’assieds posément, plus aucun mot ne sort de ma bouche …Et Boubou avec tout le feeling qui le caractérise s’assied près de moi et pose une main sur ma cuisse…RELAX !

Le cours commence piano avec une foule de petits trucs et astuces dont le but est de nous convaincre que nous avons plein pouvoir sur notre cerveau et que ce sont nos croyances qui dans 80 % des cas nous empêchent d’accéder à nos désirs.  Ça commence fort …..mais cela concerne les autres …moi je sais y faire , j’ai du contrôle sur moi…et j’atteins mes objectifs sans problème…je gère !

Sans que nous y prenions garde, l’enchaînement d’exercices anodins nous bouscule de plus en plus . Cela fait 2 heures que l’atelier à commencé et le formateur nous suggère de prendre comme exemple une petite réaction instinctive que nous manifestons spontanément et à laquelle nous ne donnons pas vraiment de sens … c’est tellement anodin , voire ridicule…Ah, ça je connais bien ! Je gère !

Alors on se groupe par 2 …une personne aidant l’autre et puis on inverse les rôles.  Je tombe sur une jeune femme charmante un peu timide, pas intrusive…c’est du gâteau, je vais pouvoir rester au chaud dans mon armure !

Je m’en souviens comme si c’était hier, le souvenir qui avait fait irruption à l’annonce de l’exercice était : quand je roule en voiture et que la voiture qui me suit s’approche trop près de moi, je me précipite immédiatement sur le côté pour lui laisser la place, quitte à bousiller une de mes jantes sur la bordure du trottoir !…Et une violente émotion m’envahit…je fonds en larmes…j’ai le sentiment d’occuper une place à laquelle je n’ai pas droit…pire de prendre la place de quelqu’un, car je ne suis personne…D’un coup toutes les images de mon enfance se rassemblent en vague de fond et telle une déferlante… jaillit et me submerge….Mon armure vient d’éclater en mille morceaux qui jonche le sol.

Évidemment que je dérangeais quand j’étais petite…« Aller pousse toi, tu es dans le chemin, tu ne vois pas qu’on travaille »…Ma première armure a été mon grenier. Là haut, je ne dérangeais personne …..Et au fil du temps le grenier est devenu comme une seconde peau qui m’accompagnait partout , mais je n’en avais pas conscience …..je ressentais cela comme une force, ma Force.

La puissance que j’y mettais m’éloignait de toute sensiblerie…pour m’empêcher de contacter la fragilité primaire qui sournoisement m’habitait.

Actuellement il m’arrive de recevoir en consultation des gens qui sont le parfait miroir de la femme que j’étais.  Rien ne les bouscule, ils sont figés dans leurs certitudes.  Certains sans le savoir utilisent cette rigidité pour rendre immuable le personnage qu’ils se sont construits et qu’ils vénèrent .  D’autres, plus conscients d’une faille affichent cette force juste pour sauver la face, éloigner la critique, se préserver du jugement d’autrui. Mais ils sont les seuls dupes de leur stratégie, cela ne trompe personne, mais ils l’ignorent.…Ne pas craquer pour conserver naïvement   l’image idyllique qu’ils ont d’eux-mêmes…alors qu’ils sont des livres ouverts pour les autres, mais ils ne le savent pas.

C’est exactement cela que j’ai ressenti ce jour-là, face à ce formateur souriant , enjoué, bienveillant, mais dont le regard vous pénétrait jusque dans les chaussettes .  Tricher, faire semblant face à ce petit homme vif vous rendait ridicule, démuni.

C’est le visage défait, les yeux dégoulinants de rimmel que j’ai suivi Boubou durant l’heure de midi à la recherche d’un sandwich consolateur…et ma colère a fait irruption. Je voulais écourter la journée, je ne supportais pas l’idée de m’être fait dépouiller de mes précieuses protections vitales…que me restera-t-il après ce week-end …serais-je encore capable de me reconnaître dans le miroir lundi matin ?  Quelle tournure allait prendre ma vie…il faudrait tout reconstruire, mais comment et avec quoi ?

Alors Boubou avec sa sagesse et son humour m’a simplement dit : « et si on achevait le week-end, on a quand même payé…il sera encore temps de décider dimanche soir ! » Merveilleux Boubou.  Merci Boubou, sans toi je serais passée à côté de ma nouvelle vie.

Je n’ai pas essayé d’estomper les coulées de rimmel sur mes joues…j’avais craqué et tout le monde pouvait le savoir …ce qui a eu comme conséquence d’attirer la sympathie des participants à mon égard…

Merci la simplicité !

Le dimanche touche à sa fin, le formateur fait une synthèse de tout ce que nous avons appris durant ces 2 jours et une furieuse décision vient de naître au fond de moi.

Je serai formateur .  C’est à la PNL que je consacrerai la fin de ma vie.  Pour la première fois , je recevais des explications concrètes sur les mécanismes humains. Il y avait des mots simples pour définir l’inexplicable  et il y avait des outils permettant les changements souhaités . Outils magiques , sur mesure s’adaptant aux complexités de chacun , parce qu’ils sont des mises en situation qui vous permettent de découvrir vos propres solutions et non des recettes imposées que vous enfilez comme un costume.  Le facilitateur n’est là que pour faire éclore la solution de votre moi profond .  Les outils sont des révélateurs qui parfois font jaillir beaucoup de larmes, mais permettent un changement fondamental…une sorte de reprogrammation de vos mécanismes instinctifs.

C’est pour cela que ça s’appelle Programmation neuro linguistique .  Mais la plus grande magie de la PNL est   « LE »   décodage d’une problématique. Et je ne connais à ce jour aucune autre technique qui possède son degré d’exactitude.

Pourquoi : parce que la PNL fait une distinction entre le fond et la forme… entre la structure et le contenu.

Beaucoup de techniques thérapeutiques s’alimentent du contenu du problème avec moult détails…du genre : où cela s’est-il passé, avec qui, à quel moment, y avait-il de témoins, cela s’est-il reproduit une fois ou plusieurs fois …etc.  Là le consultant n’en finit pas de se raconter , de nourrir son récit d’exemples et de contre-exemples afin de donner le meilleur de lui-même. Mais plus il raconte, plus il se noie, plus il perd de vue l’objectif de ce pour quoi il est là.

Alors que le thérapeute PNL cherche à mettre en évidence la structure le la pensée du consultant , c’est à dire : pointer le critère qui a été violé ou satisfait dans chaque portion de récit…ce qui ramène ce contenu long, laborieux, complexe et embrouillé… à une équation toute simple.

Exemples : Le consultant a manqué d’Amour, ou de Confiance en soi… etc.

La verbalisation du critère satisfait ou violé   permet au facilitateur de faire des hypothèses sur les liens logiques ( comprenez illogiques !) que fait la personne pour donner du sens à ce qu’elle vit   …et une cause à effets prend naissance insidieusement dans l’inconscient de la personne l’amenant à des comportements compulsifs sur lesquels elle n’aura plus le contrôle.

1erexemple, s’il à manqué d’amour, c’est peut-être qu’à un moment de son histoire il a estimé ne pas mériter l’amour …alors toute sa vie, chaque fois que l’amour sera absent, la cause à effet va engendrer la conviction qu’il ne mérite pas cet amour et il cessera toute tentative de se faire aimer.

2e Exemple : s’il a manqué de confiance en soi, c’est peut-être qu’à un moment de son histoire il s’est qualifié d’incapable …alors toute sa vie, chaque fois qu’il sera face à une difficulté , la cause à effet va déclencher la sensation d’incapacité et le figer dans une dépression ou un burnout .

C’est ce raisonnement qui pointe avec précision les fondements de la structure mentale de la personne. Et une fois qu’on a découvert ce raisonnement d’apparence simpliste, on a accès à tous les comportements de défense ou de survie qui en découlent.

Excusez-moi d’avoir été un peu technique , mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour faire comprendre le décodage de la structure mentale inventée par la PNL. Mais peut-être que cela apportera un éclairage supplémentaire à tous ceux qui oeuvrent dans le soin aux personnes. Dans le prochain chapitre, je vous parlerai de mon parcours de formateur et de psychothérapeute.

Merci la vie.

Visiteurs

177536

Total pour PNL : 1682

Total pour PSY : 1073

Contact

Captcha

Faire un don
Ce site est gratuit.
Afin de pouvoir continuer à le faire évoluer et afin qu'il reste gratuit, je fais appel à votre générosité. Si vous voulez m'aider, faites un don ici. Faire un don